Nursing home aversion post-pandemic: Implications for savings and long-term care policy


Bertrand Achou, Philippe De Donder, Franca Glenzer, Minjoon Lee et Marie-Louise Leroux
Cahier de recherche no. 7
Institut sur la retraite et l’épargne – Septembre 2021

L’épidémie de COVID-19 dans les établissements de soins de longue durée au cours de la récente pandémie, sujet qui a été largement médiatisé, pourrait avoir des effets négatifs durables sur la perception des gens à l’égard des maisons de retraite. Nous soutenons que cela pourrait avoir des implications importantes et persistantes pour les politiques d’épargne et de soins de longue durée. Nous élaborons d’abord un modèle théorique prédisant qu’une aversion plus forte pour les établissements de soins de longue durée devrait mener à une épargne plus élevée et un soutien plus fort pour les politiques de subvention des soins à domicile. Sur la base d’une enquête auprès de Canadiens âgés dans la cinquantaine et dans la soixantaine, nous montrons que cette aversion est largement répandue : 72% des répondants sont moins enclins à entrer dans un établissement de soins de longue durée en raison de la pandémie. Conformément au modèle, nous constatons que ces personnes ont beaucoup plus l’intention d’épargner davantage pour leur retraite en raison de la pandémie. Nous constatons également qu’elles sont plus susceptibles de soutenir fortement les subventions pour les soins à domicile.