Raison d’être 2017-10-13T18:30:06+00:00

Raison d’être

Au cours des dernières décennies, les habitudes et outils d’épargne des Québécois et des Canadiens, de leurs gouvernements et de leurs employeurs ont considérablement évolué, tout comme la vision et la définition de la retraite. Les mutations profondes et constantes du marché du travail ainsi que les aspects sociodémographiques et technologiques ont tous joué un rôle dans ces changements.

L’offre de produits financiers pour l’épargne et la gestion du risque au niveau des finances personnelles a connu un essor important depuis 40 ans, et ce dans un environnement où les épargnants ont des connaissances financières limitées et dans lequel on a bien montré que les perceptions et les facteurs psychologiques peuvent être importants dans la prise de décision. Comment faire la bonne adéquation entre les besoins des consommateurs, le rôle joué par le secteur financier, l’encadrement réglementaire et les politiques publiques en matière de retraite et d’épargne ? C’est sur ces questions précises, peu étudiées dans le milieu universitaire québécois, que se penche l’Institut sur la retraite et l’épargne créé par HEC Montréal.

La mise sur pied de l’Institut a été rendue possible grâce à un don de 4 millions $ effectué dans le cadre de la campagne de financement Campus Montréal.

Mission et objectifs

L’Institut sur la retraite et l’épargne veut promouvoir la recherche de pointe à HEC Montréal visant à mieux comprendre les enjeux reliés à la retraite, à l’épargne et à l’assurance. Pour ce faire, l’Institut cherchera spécifiquement à :

  • Favoriser la mise en place d’une masse critique de chercheurs sur l’épargne et la retraite, dans plusieurs disciplines et domaines représentés à HEC Montréal;
  • Soutenir le recrutement à HEC Montréal de professeurs-chercheurs de calibre mondial;
  • Soutenir l’organisation d’événements thématiques de niveau international;
  • Appuyer la diffusion et le transfert des résultats de la recherche sur les thèmes de la retraite et de l’épargne.